Piscine : l’évaporation, un phénomène maîtrisable

Le saviez-vous ?

L’évaporation de l’eau des piscines est un phénomène naturel, dont l’ampleur dépend de la météo (température, humidité, vent) et de l’environnement direct du bassin. Plusieurs facteurs favorisent l’évaporation de l’eau, comme le vent à la surface de l’eau, une eau plus chaude que l’air, l’étendue du plan d’eau, la présence d’un débordement, d’une fontaine, etc. Pour limiter cette évaporation, il existe différentes solutions, comme la mise en place de couvertures à bulles, à barres, de volets automatiques, ou d’abris qui limitent voire suppriment le phénomène.

Le rôle des équipements dans la consommation d’eau

Les différents équipements entrant dans le fonctionnement d’une piscine ont une influence sur sa consommation d’eau. Ainsi, si les couvertures ont l’avantage de supprimer l’évaporation, elles diminuent également les besoins en renouvellement d’eau, en traitement et en filtration. En effet, l’eau est protégée des feuilles, de la photosynthèse, des UV, etc., et reste donc plus propre. Les abris, quant à eux, empêchent l’évaporation due au vent et offrent un gain thermique potentiel.

Par ailleurs, il existe des matériels d’entretien, en particulier les robots nettoyeurs qui nettoient le fond de la piscine automatiquement et facilitent la filtration en limitant ainsi la nécessité de contre lavage. Les robots électriques ne consomment pas d’eau, la seule déperdition dépend de la quantité d’eau entraînée par la sortie de l’appareil du bassin.

De son côté, le régulateur de niveau ne génère pas de consommation d’eau supplémentaire. Par ailleurs, le trop plein, pour être efficace et éviter la déperdition inutile d’eau, ne doit pas être positionné trop bas, de telle façon à éviter les pertes d’eau liées aux élévations de niveau entraînées par l’activité des baigneurs. En ce qui concerne les filtres, le lavage entraîne une faible consommation d’eau, de l’ordre de 1,5 à 3 m3 par an pour les filtres à cartouche pour une piscine de 4×8 m. Quant aux filtres à media granulaire, le volume utilisé pour les contre-lavages (de 6 à 10,8 m3) participe au renouvellement de l’eau et il est inclus dans les 15 m3 annuels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *